Il y a 20 ans : la guerre d’indépendance de la Slovénie

Slovenia

Le 25 juin 1991, la Slovénie, petite république au nord de la Yougoslavie, déclare son indépendance. Il s’ensuit une guerre qui dura 10 jours, au terme desquels son indépendance sera acquise : La guerre des 10 jours, aussi appelée guerre d’indépendance de la Slovénie.

La déclaration d’indépendance est la suite logique du référendum du 23 décembre 1990, qui vit 88% des slovènes voter en faveur de la sortie de la fédération yougoslave.

Une indépendance préparée par le gouvernement

Le gouvernement slovène, issu des élections d’Avril 1990, s’attendait à ce que les autorités yougoslaves usent de la force pour empêcher l’accession à l’indépendance, alors que les états européens, ainsi que les Etats-Unis, n’étaient pas favorables à un éclatement de la Yougoslavie.

Les autorités slovènes avaient intelligemment prévue la réactions yougoslave. A l’époque, deux « armées » cohabitaient en Yougoslavie : L’armée populaire yougoslave (JNA), et la défense territoriale (TO), qui était propre à chaque république de la fédération.

Avant le référendum, dès le 28 septembre, un amendement constitutionnel plaçait la défense territoriale sous le contrôle du gouvernement slovène, au lieu de celui de l’armée populaire. Parallèlement, une structure de commandement alternative, la Manevrska struktura narodne zaščite (MSNZ), était secrètement mise en place. Il s’agissait d’une structure existante mais désuète, dotée d’un armement dépassé et de peu d’homme, mais capable d’être adaptée pour devenir un véritable état-major.

Entre mai et octobre 1990, 21000 hommes issus de la défense territoriale et des forces de police, furent mobilisés, toujours secrètement, au sein du MSNZ. Un plan de campagne militaire était également mis en place par le gouvernement. Dès novembre 1990, la Slovénie était préparée.

En mars 1991, la Yougoslavie annonçait son intention de subordonner les défenses territoriales des républiques à l’autorité de l’armée populaire. La structure de commandement fut alors transférée, comme prévu, à la MSNZ.

La déclaration d’indépendance

Le plan des slovènes consiste en des actions de guérilla, de tendre des embuscades aux unités de la JNA et de l’immobiliser, tout en évitant une attaque frontale.

Annoncée pour le 26 juin, la déclaration d’indépendance a lieu la veille, le 25, afin de prendre la JNA au dépourvu. La Croatie, république voisine, fait de même.

Dès le 25 juin, les slovènes prennent possession des postes frontière et de l’aéroport desservant la capitale. Aucun combat n’a lieu. Chaque camp espère que l’autre tirera le premier. Coté yougoslave, le plan consiste à intimider la Slovénie afin de faire reculer le gouvernement, plutôt que de le renverser.

Le conflit

Les mouvements de troupes commencent le 26. Le 27 juin, les yougoslaves prennent l’aéroport et se dirigent vers les postes frontières. Des tracts sont largués par l’aviation pour inviter la population à la paix. Dans l’après midi, deux hélicoptères sont abattus par les slovènes, qui commencent à encercler les bases de l’armée yougoslave situées en Slovénie. Au soir du 27 juin, la plupart des postes frontières sont sous contrôle yougoslave.

Dans la nuit, le ministre de la défense slovène ordonne aux troupes d’attaquer partout où elles ont un avantage, tout en proposant systématiquement aux yougoslaves de se rendre avant d’attaquer. Des barricades sont mises en place à travers le pays, paralysant plusieurs colonnes de chars. Les forces yougoslaves commencent à perdre du terrain, et font face à la désertion des slovènes qui étaient dans leurs rangs.

Le 29 juin, l’aéroport est repris. Plusieurs chars sont capturés, et mis à profit par l’armée slovène. La guérilla continue les jours suivants. Plusieurs unités yougoslaves se rendent.

Le 2 juillet au soir, les slovènes annoncent un cessez-le-feu unilatéral. D’abord refusé, il est finalement accepté le 3 juillet au soir par les yougoslaves. Du 3 au 6, les slovènes reprennent possession des postes frontières.

Le 7 juillet, les accords de Brioni, entre la Slovénie, la Croatie et la Yougoslavie, mettent un terme au conflit. L’indépendance des deux pays est gelée pendant 3 mois. Elle fut réaffirmée le 8 octobre 1991 et reconnue le 15 janvier 1992.

Résultats

Les forces yougoslaves eurent 44 tués et 146 blessés contre 18 tués et 182 blessés chez les slovènes. 12 étrangers furent tués. 4692 soldats furent capturés, ainsi que 252 policiers.