• Twitter
    • RSS Feed

Histoire et Actualité

Un blog sur l'Histoire et son actualité

70e anniversaire de la bataille de Midway

Posté le | 3 juin 2012

Le croiseur japonais Mikuma sur le point de couler, pendant la bataille de Midway

Le croiseur japonais Mikuma sur le point de couler, pendant la bataille de Midway. Source : US Navy

Le 4 juin 1942 se déroule l’une des batailles les plus importantes de la guerre. Son issue est cruciale pour la suite des évènements dans le Pacifique et par voie de conséquence dans l’Atlantique. La bataille de Midway voit en effet la rencontre des flottes américaines et japonaises. Pas moins de 7 porte-avions (3 américains et 4 japonais) y participent.

A ce moment de la campagne du Pacifique, les japonais ont atteint l’ensemble de leurs objectifs. Ils pensent entamer des négociations de pais avec les Etats-Unis, afin d’officialiser leurs conquêtes. Cependant la flotte américaine n’est pas détruite et constitue une menace pour les possessions japonaises. Notamment, les porte-avions américains ont tous évité l’attaque de Pearl Harbor, et sont en capacité de bombarder Tokyo. La destruction de la puissance aéronavale américaine permettrait de placer le Japon en position de force en cas de négociations de paix, tout en assurant au pays la mainmise sur le Pacifique.

Le plan japonais

L’idée des japonais est d’attirer les américains dans un piège, en attaquant l’atoll de Midway, situé au nord d’Hawaï. Une fois les américains arrivés au secours de Midway et déjà affaiblis, le reste de la flotte japonaise, qui navigue vers un autre cap, doit apparaître.

Mais les américains ont cassé l’un des codes de cryptage des communications ennemies, et ont donc connaissance du plan japonais. Cela leur permet de disposer de trois porte-avions, l’Enterprise, le Hornet et le Yorktown, qui, gravement endommagé dans une précédente bataille, avait été réparé en urgence, alors que les japonais le pensaient indisponible pour plusieurs mois.

La bataille de Midway

Les premières attaques aériennes sont lancées le 4 juin par les japonais. La base américaine de Midway est endommagée et de nombreux avions sont détruits.

Mais peu après, les bombardiers américains, lancés avant l »attaque de Midway, atteignent la flotte japonaise et la bombardent. Les dégâts sont faibles, mais l’amiral Nagumo, qui commande la flotte, estime qu’un nouveau bombardement de Midway est nécessaire. Il dispose pour cela de deux escadrilles de réserve qu’il fait armer.

Cet ordre est annulé peu de temps après, suite à la découverte de la flotte américaine. Simultanément, les avions américains décollent des porte-avions. Ils atteignent les japonais en ordre dispersé et les premières vaguent échouent. Cependant, deux formations qui avaient pris de mauvaises directions, arrivent finalement sur la zone. Ils attaquent les porte-avions japonais  : 3 sont touchés. De nombreux avions sont à ce moment en train de se ravitailler sur les ponts des navires, tandis que dans les hangars, des bombes (prévues pour la seconde attaque de Midway) et des torpilles sont entassées. Les dégâts sont énormes, les 3 porte-avions sont hors service.

Seul le porte-avions Hiryu est intact. Il lance ses appareils pour une contre-attaque. La première vague endommage le Yorktown. Les japonais pensent l’avoir coulé. Une seconde vague, pensant attaquer l’Enterprise, endommage en fait de nouveau le Yorktown, qui prend une gite importante.

En fin d’après midi, le dernier porte-avions japonais est découvert et bombardé. Un incendie se déclenche et le navire doit être évacué. Il coulera le 5 juin au matin.

La bataille de Midway ne se termine pas là : le 6 juin, un sous-marin japonais cible le Yorktown. Celui-ci reçoit 2 torpilles, tandis qu’un destroyer est coupé en deux par une troisième.

Finalement, la bataille de Midway se termine par la perte de 4 porte-avions par les japonais, contre un seul pour les américains. Le reste de la flotte japonaise fit retraite sans tenter d’attaquer.

Commentaires

A propos de la Commune de Paris

Publicité

Mes tweets

  • Chargement des tweets ...

Administration