• Twitter
    • RSS Feed

Histoire et Actualité

Un blog sur l'Histoire et son actualité

30e anniversaire de la destruction du destroyer HMS Sheffield

Posté le | 1 mai 2012

Le croiseur ARA General Belgrano, après l'attaque britannique.

Le croiseur ARA General Belgrano, après l'attaque britannique. Source : Teniente de fragata Martín Sgut

Après l’invasion des îles Malouines par l’Argentine, le Royaume-Uni refuse le fait accompli et décide de riposter, en envoyant une Task Force dans l’Atlantique Sud.

Les premiers combats se déroulent le 2 mai 1982, lorsque le croiseur argentin ARA General Belgrano est torpillé par le sous-marin nucléaire d’attaque HMS Conqueror. Lancé par les USA sous le nom d’USS Phoenix, le croiseur avait survécu à Pearl Harbor et 9 batailles navales pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le naufrage fait 323 victimes parmi les marins.

Peu après, le 4 mai 1982, l’Argentine prenait sa revanche en coulant le destroyer britannique HMS Sheffield.

L’attaque du destroyer HMS Sheffield marque la guerre des Malouines. C’est en effet un missile Exocet, embarqué sur un avion d’attaque et de chasse Super-Étendard de l’Aéronavale argentine, qui est à l’origine du naufrage. Il faut rappeler qu’en 1982, les missiles Exocet sont produits en France par la société Aérospatiale, tandis que les Super-Étendards sont fournis par le groupe Dassault.

Au matin du 4 mai 1982, un avion de reconnaissance argentin repère une partie de la Task Force britannique. Il y a là le porte-avions HMS Hermes, le destroyer HMS Sheffield et deux frégates. Ces informations sont transmises et aussitôt, deux Super-Étendards décollent du continent. Ils sont équipés chacun d’un missile Exocet.

A l’approche du navire, ils tirent leur missile.  Le radar ne détecte l’attaque que trop tard. En effet, les avions ont volé à basse altitude, et lancé leur missile à faible distance.

Alors que l’un des missiles rate la cible, le second la touche, juste au dessus de la ligne de flottaison. Le missile n’explose pas, mais son moteur en flammes allume un incendie. Hors, l’impact a endommagé le système électrique et le réseau d’eau : les protections anti-incendie ne fonctionnent pas.

Devant l’impossibilité de lutter contre les flammes, le commandant ordonne l’abandon du navire. Le HMS Sheffield est ensuite remorqué par la frégate HMS Yarmouth, mais le temps se dégrade, et de l’eau s’engouffre par la brèche dans la coque. Le 10 mai 1982, le destroyer HMS Sheffield sombre.

L’attaque en elle-même aura fait 20 morts parmi les marins. C’est la 1ère fois en 37 ans que la marine britannique perd un navire de guerre.

Commentaires

A propos de la Commune de Paris

Publicité

Mes tweets

  • Chargement des tweets ...

Administration