• Twitter
    • RSS Feed

Histoire et Actualité

Un blog sur l'Histoire et son actualité

230e anniversaire de la bataille de Yorktown

Posté le | 29 septembre 2011

La bataille de Yorktown est l’un des principaux évènements de la guerre d’indépendance des Etats-Unis. Cette bataille se déroula du 28 septembre au 17 octobre 1781 et se termina par la reddition des troupes anglaises.

Siège de Yorktown par Auguste Couder

Siège de Yorktown : Le Comte de Rochambeau et le Général Washington donnent les derniers ordres pour l'attaque. Huile sur toile, 1836, par Auguste Couder. Source : Musée national du Château de Versailles, Galerie des Batailles.

La bataille est menée conjointement par des forces américaines, sous le commandement de général George Washington, et des troupes françaises, dirigées par le Comte de Rochambeau, totalisant près de 20 000 hommes, opposés à 9 000 allemands et britanniques, commandés par Lord Cornwallis.

Yorktown est une bourgade de Virginie, à l’embouchure de la rivière York, qui se jette dans la baie de Chesapeake. Le siège de la ville, dans laquelle les troupes anglaises se sont fortifiées, fait suite à la bataille de la baie de Chesapeake, à l’issue de laquelle la flotte britannique est contrainte de se replier vers New York. Les troupes de Cornwallis sont alors isolées et sans possibilité de fuite par la mer.

Les forces en présence

Cornwallis aligne environ 8300 hommes. Il s’agit des troupes britanniques (Régiments à pied, infanterie légère, artillerie et rangers), mais aussi de pionniers et de volontaires de Caroline du Nord, et enfin de troupes allemandes d’Anspach-Bayreuth et de Hesse-Kassel.

Pour les encercler, les américains de George Washington regroupent 9500 hommes, soldats ou miliciens, tandis que les français de Rochambeau apportent 8800 hommes, sans compter 15000 marins servant sur les navires bloquant la baie.

La bataille

Le matériel de siège et l’artillerie arrivent le 26 septembre.

Le siège débute peu après, le 28 septembre, alors que français et américains prennent position.

Le lendemain, 29 septembre, les britanniques reculent. Cornwallis est informé qu’un renfort de 5000 hommes est en route, et parviendra à Yorktown dans les 7 jours. Les alliés commencent à installer leur artillerie sur les positions abandonnées, sous le bombardement de l’artillerie britannique.

Le 3 octobre, les britanniques sont repoussés à Gloucester Point, de l’autre coté de la rivière York. Ils n’ont ainsi plus d’approvisionnement en nourriture et en fourrage.

Les américains et français sont prêt à commencer le bombardement le 9 octobre. George Washington fit feu le premier. Le 14, les alliés continuent d’avancer. De violents combats se déroulent dans l’assaut des positions fortifiées.

Dans la nuit du 16 au 17 octobre, comprenant que les renforts seront en retard, Cornwallis décide d’évacuer Yorktown vers Gloucester Point. Alors qu’une partie des troupes ont été évacuées, une tempête oblige les britanniques à suspendre leurs mouvements.

La situation devient désespérée : Le manque de munition, l’impossibilité de transporter les équipements, le manque de nourriture, mais aussi la dysenterie et la variole décident Cornwallis à s’enquérir des termes d’une reddition. Le 17 septembre, un drapeau blanc apparaît.

Après les négociations, le 19 octobre, la garnison de Yorktown se rend.

5 jours plus tard les renforts arrivaient, trop tard.

Commentaires

A propos de la Commune de Paris

Publicité

Mes tweets

  • Chargement des tweets ...

Administration