Cinquantenaire de l’élection de John Fitzgerald Kennedy

Alors que notre attention se portait sur l’anniversaire du décès du Général de Gaulle, nous fêtons cette semaine le 50e anniversaire de l’élection de John Fitzgerald Kennedy à la présidence américaine.C’est en effet le 8 novembre 1960, avec 49,7% des voix, contre 49,5% pour Richard Nixon, que John Fitzgerald Kennedy devint le 35e président des Etats-Unis d’Amérique, succédant à Dwight David Eisenhower. A 43 ans, JFK devenait le plus jeune président élu.

LA CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 1960

Après des primaires où il bat les sénateurs Hubert Humphrey et Wayne Morse dans plusieurs états, Kennedy est désigné candidat à l’élection présidentielle par la convention Démocrate de Los Angeles. Son principal opposant, le sénateur Lyndon B. Johnson, populaire dans les états du Sud, sera candidat à la vice-présidence.

C’est pendant son discours à la convention que Kennedy lancera son slogan sur la « Nouvelle Frontière » (« New Frontier » en anglais) :

Mais je vous dis que nous sommes devant la Nouvelle Frontière, que nous le voulions ou non. Au-delà de cette frontière, s’étendent les domaines inexplorés de la science et de l’espace, des problèmes non résolus de paix et de guerre, des poches d’ignorance et de préjugés non encore réduites, et les questions laissées sans réponse de la pauvreté et des surplus.

But I tell you the New Frontier is here, whether we seek it or not. Beyond that frontier are the uncharted areas of science and space, unsolved problems of peace and war, unconquered pockets of ignorance and prejudice, unanswered questions of poverty and surplus.

Les thèmes de la campagne présidentielle ont été la compétition économique et militaire avec l’URSS pendant la guerre froide, la relance économique du pays et le fait que Kennedy soit catholique.

Questionné à ce propos, il répondra qu’il « n’est pas le candidat Catholique à la présidence, [mais qu’il] est le candidat du Parti Démocrate à la présidence, qui est apparaît aussi être catholique » (« I am not the Catholic candidate for President. I am the Democratic Party candidate for President who also happens to be a Catholic » ).

La campagne donnera également lieu aux premiers débats présidentiels télévisés. Ces quatre débats seront déterminants dans l’élection.

En effet, Nixon, souffrant d’un genou et fatigué par sa campagne, semble souffrant et fatigué. Il commet l’erreur de refuser d’être maquillé avant le premier débat, et apparaît à l’écran mal rasé, devant 70 millions de téléspectateurs. Son apparence contraste avec l’allure confiante et relaxée de Kennedy.

Les sondages suivants le débat ont montré que les téléspectateurs ont estimé en majorité que Kennedy avait gagné, alors que ceux qui avaient écouté le débat à la radio ont pensé le contraire.

Le premier débat permettra à Kennedy de prendre une petite avance sur Nixon, qui peinera à revenir malgré une meilleure préparation pour les débats suivants.

Kennedy prendra aussi l’avantage en profitant de l’arrestation en Géorgie du leader du mouvement pour les droits civils Martin Luther King, Jr., dont il provoquera la libération, pour gagner le vote de la communauté noire.

L’élection

L’élection présidentielle de 1960 a été l’une des plus serrée de l’histoire du pays. Si les états de l’est donne l’avance à Kennedy, Nixon rattrape son retard dans les états du MidWest, des Montagnes Rocheuses et du pacifique. Ce n’est que le lendemain que Nixon concédera sa défaite.

Pour illustrer à quel point les résultats ont été serrés, Kennedy a par exemple gagné l’Etat de l’Illinois de seulement 9000 voix de plus que son rival, sur 4,75 millions. Plusieurs républicains ont pensé que Kennedy a bénéficié d’une fraude, notamment au Texas (dont son colistier était sénateur), et dans l’Illinois, grâce au maire Démocrate de Chicago, Richard Daley. Le basculement de ces deux états du coté de Nixon lui aurait permis de gagner l’élection.

LE CINQUANTENAIRE

A l’occasion de cet anniversaire, de nombreux éloges ont été prononcés à travers l’Etats-Unis, mais on retiendra surtout la publication par le magazine Life, d’une série de photos inédites de Kennedy, que vous retrouverez ici (en anglais). On notera également que la Bibliothèque John F. Kennedy, à Boston, commémore toute l’année 2010 la campagne présidentielle de 1960 et propose un site Internet dédié (en anglais).